(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "The new Robinson Crusoe : an instructive and entertaining history, for the use of children of both sexes"

Google 



This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing tliis resource, we liave taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogXt "watermark" you see on each file is essential for in forming people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at |http: //books .google .com/I 



33. ^ . 



7 



nn 



> .rt 



• ST 



• * 



DES XXIII MANIEBJBS 






11' ¥lliMi(S^ 



• 



4 



PIECE DU XIII* SIECLE , % 



•4 « 



« 
« 



ACCOMPAGNEE D'UNE TRAPUGTIOK EM lUCGAJUD^ * 

ft 



• 



• 




*^ ^^ffitff< ^«^»«*f'i * 



c&g' 



SUIVIE D'UN COMMENTAIRE, ... 



« • 



^ar S&^ ^oAa 



• • ♦ 



% 



^^teaU'. 



. .• 



• 






. \ 






♦ • • 



PARIS, 



CHEZ ^YLVESTRE ^ RUE DES BONg-ENFjWBtS , 3o. 

CJfei ALpi.-Arpiii jOHANfiEATJ , rue du Coq , 8' bis. . 
titjChez TECHENEBi^, place dn Louvre ,12. ; 









• 



' • • ■ \ ..." ' ■ ♦ 

• •• 



• 



• 



« 



* 



» 



1 

t 



« * 



' ; 



♦ * 



Gette pi^ce n*a ^t^ three qu'a deux cents exemplaires seu* 
tement, don't dix sut papier de Hollands, cinq sur papier Tie 
Ghiue,, et cinij sur papier de couleur. 



• « 




» • 






IHPlilMERIE DE ilCH^Et *T COMP.^ 

Jlug d^la Harpe , 90. 



. • 















9 



AVIS. 






11 y a environ uneann^e, que M. Francisque Michel, a qui 
la Iflt^ratllve rocn«ne.a d^ja .d'ats«c fprapdes. obligations, r^ 
maiqua duns le nnaniucFit 75^5 de .]a BiUiofkeque rojale 
(ancien fonds)^ une petite piece anonjnie intihil^e : Les 
yingt^Trois Marderes de F'ilains, - . 

Cette singuliere enumeration 'des di verses sortes de vi- 
lains> cette esp<k;e de diatribe, pleine d'originalit^ , fut 
publiee bientot par le jeune erudit qui Tavait d^^couverte. Le 
texte fut tire a cent exemplaires seulement, et reproduitavec 
^fid^lile, sauf quelqiies inexactitudes qu'on a relevees ici. 
Mais , d'api^s le sjst^mc adopts par M. Michel , pour ses 
pr^^cedenles publicatiins , /e^ f^ingt^Trois Manieres de P^i^ 
loins Be furent suivies ni de traduction, ni dc coramentaire ; 
r^ditenr se born a it on Ikccompagner le texte de notes slires et 
fort braves. , 

Gependant cet opuscule, tant par ses expressions inusitces, 
que par le#en«,4^tftur9e qu^es.oHraicnt, semblait devoir 
donner lieu h decurieuses et utiles recherches[sur la significa- 
tion et l!origine de certains mots. C'est du moins ce qi:^ sen- 
tirenl^ inmediatement quelques-uns de nos )^Hologues les 
- plus distingues. 

Parmi eux^^tait le savant ^diteur de Rabelais, M. Eloi 
Jokanneau. Aujourd^ui que r^ditiou primitive, insuffisante 
a Teppressement des amateurs,. efStc9inpUt<mente€DvIee, cet 
f habile etymologiste a bien voulu cousentir a nous livrer les 
remarques judicieuses que lui avait suggerecs , des son ap- 
parition ,ia piece que nous sous hasardonsii publier de nou- 
veau , et a laquelle nou^ avons- joint en regard du texte ,"unQ 
traduction de M. Achille Jubinal. ^ 



«« 



• a 



• . ♦ 



« k 



" « 



4 •,,**. , * • 






^^ V \\ >%V«<V%^^/^\^««W^X W\ k\ ■ %^W\\>«,^A^'VW%r\^^X VW«'WV«W«'W\^*^<M.^^^'«AA.'« WMA*\%^AVk%%X«S 



lis lIMll^ 




^ 



Chi (i) ensaingne qantes manieres i sont de 

VILAINS (2). 

t 

II a en cest (3) siecle .xxiij. manieres de Vilaiiis: 
Archiyilains et Mategris et Primatoires , el vilains 
Forchins ', et vilains Kienins *, et vilains Tubes et 

Doubles Tubes, €t vilains Poi Govern, et vilains 

» 

^ • M oussus, et vilains Rammages, et vilains Asnins, et 

« 

» vilainsPur^y et vilains Babuins, et vilains Marclieis, 
et vilains Princes, et vilajns Coinus, et iiikios Cha- 
petois,et vilains Ferris, et vilains Apensses,et vi- 
lains Crouperes, et vilains Marn^res, et vilain9*£s- 
crevic^res, et vilains Ent^s. 



if- 



• * M. Michel a lu porcfuus. Nous crayons qu'il y aporckins. 
1(2) Le mannscrlt poiie kiennis ; mai^oii y hi kienins plus 

fcas. . » • . ^ ^ 






• 



9 



MS tiiAim 



\ 



3 



ICI ON ENSEIGNE COMBIEW IL Y A DE SORTES DE 

VILAINS. . 

U y a y en ce siecle , xxiij sortes (fe vil&iits : les 
archivilains , les mategris, les primatoires , les Ti- 
lains du naturel des pores , les vilaios *du naturel 
des ehiens , ies vilains du naturel des pigeons , 
les vilains doubles pigeons , les vilains peu 
^couv#rt8, les vilains cossus (bien tetus), les vilains 
sauvages, les vilains de la nature de Tane^ les vi- 
lains purs , les vtlains babouins , les vilains qui 
sement les bMs ( marsois ) , les vilains princes , les 
vilains cqri^usy \^ vilains capettes (qui portent la 
cape)) Ic^ vilains (a souliers) ferr^s, les vilains* 
apens^s ( r^fl(^ehis , ^ns^s), les vilainsi;ronipenrs, 
les vilains marneurs , le» vi^ftins de la nature de 
^ r^crefisse, et les vilains entes, < 



« 1 



6 i>£S kxiil MANIERES 



I 



Chi EySAINGNE de coi il servent. 

iA Archievilaias anonche les fiestes d^sous Forr 
me devant le monstier. Li Mategris (4) si est cius ki 
siet (5) avoec les clers el monstier ' (6) et torne les f uel- 
lesdou livre, et vfent au prosne avantkeli prestres. 
Li Primatores (7) si est ciexqui portela croisJ^t I'eve 
benoite entor le monstier ^ . Li vilains Porch^ns (8) si 
est cil ki labore (g)^^s vi^nes, et ne vuet (10) ensain- 
gnierlechemii^ as trespassans^ ains dista caschuns - 
(( Vous le sav^s miex ke je ne faic. » Li vilains 
Kienins (i i)si est cil ki siet deyant son huis les fies- 
t|BS et les diemeache, et moke cascun qpi'il voit venir 

par devant lui,etdist, si voitvenir .j.gentilhomeki 

»■ 

aitl'esprivier sor lepuing: « Ha ! fait-il, cilhua$(i 2)^ 
mangera ankenuit(i 3) une geline, et mi( 1 4) anfant^ 
en fussent tuit saoul. » Li vilains Tubes (i 5) si est 
cius ki a unsSollerslois (16) don t les orelles pendent 



• 



* ^ Monstier. L'edilioa antcrietire ^crit 4 tori mad^/Zer. 

• Vojcz la remarque qui precede* 
* ' Le tex(e ccrit en eflet anfajil , et n»n enfant y ainsi qn'on 
lit dans la prcqu^re edition. ^ ' * * 



• 



• . 



• 







D£ VXL^INS. 



,• 






' L'archiyiUiiii aanonce les fi^tes som I'^fUie de«- 
vant r^glise. Le mategris (fin matois)) est celui 
qui s'assied avec les clercs a T^ise , toume les 
feuillets du livre, et vient au prone ava(pt le pretre. 
Le primatoire est eelui qui porte la croix at I'e&u 
h^ite autour de V^li^« Le vilain de la nature du 
poFCy est celui gui traiYftille aux vignes^ ii« veut pas 
enseigner le chemin aux passans , mais dit a cha- 
cun : u Vous le. savez mieux que moi. » Le vilain 
de la nature du chien , est celui qui s'assied devaiit 
sa porte les £§tes et dimanches , et se m^que de 

« 

chaoun de ceux qu'il voit venir devant lui . et dit^ 
* s'il voit y^iir un gentilhomme qui ah I'^pervier sur 
le poing: (c Ah ! feitil, ce huard(niilan) mangera 
>\ auj^iMrd'hui uAe g^ine^ et mes enfans s'en r^* 
» galeraientl)ien tons. » Le vilain de lia nature du 
pigeon, *'est celui quiaun Soulier lii, dont lestirans 
pendent en bas/et qui a le pouvoir du pape, car 



.• 



• • 



8 DES XXIU MAM^^RBS 

contrevai eta ie pooir Tapostole^ car il lie eftieslieen- 
ti^re(i7). Li doubles Tubes si estcil ki anne hue- 
ses (i8) coupees ou il a noiax (19) par deridre, et les 
elameniyportes couleices (20). Li vilains Poi Co- 
TerS'" (2 1) si est cil ki ifa entre le cheville et le pi^ et le 
genoilkedemipii^, eta assies de .ij.ausuesdeburiel 
(22) a cote|^ a secot. Li vilains Moussous (25) si e?t 
uns vilains frenicleSy ki het Diu etsainte £glisse et 
toute gentilleee. Li vilains Ramages (24) si est cil ki 
r^rde tons jors en tiere, et iiepue( (aS) veoir nule 
ame entre aj. iex, Li vilains Asnins (26) si est cil ki 
porte le gastel etle baril plain de vin a le fieste. Si &it 
biel, il portera la reupe (27) safeme, et si pluet (28)^ 
il sedei|)oillera tosnusjukes as braieset I'en afublera 
qu'ele ne moille. Li vilains Purs si est cil ki onkes 
ne mist francisse (29) en son cuer des lors k'i vint des * 
fons. Li vilains Babuins est cil ki va devant Nos- 
• tre-j)ame a Paris, et regards 'les rois 'ei dist: 
« V^s-la P^pin, v^s-la Charlemainne. » Eton li 



* Le inailuscrit porle Cbii^e/; mais #n 7 lit Cotters, plus' 
baut. * • 



• ir 



DE VILMNS. Q 

. il lie eld^lie en terre^ Le vilain double pigeon, ^st 
celui qui a une house ( gu^tre ) couple , laquelle a 
les bomlons par derri^re , et qui appelle ses hou- 

' seaux porte-coulisses. Le vilain peii ccmvert, est 
celui qui n'a entre la cheville du pied et le genou 
qu'un demi-pied , et a assez de deux aunes de bure 
pour sa soubreveste et son surtout. Ijg^Mlain cossu 
est un vilain fr^^tique qui hait Dieu et saitite 
^lise^ et toute noblesse. Le vilain sauvage est celui 
Ifui regarde toujours en terre , et ne pent regarder 
personne entre deux yeux. Le vilain de la nature 
de Tane, est celui qui perte le gateau et le baril plein 
de vin a la fete. S'il'fait beau , il portera la maute 
de sa femme ; ets'il pleut , il se d^pouiUera^ tout nu 
jusques aux Braies^ et Ten affiiblera de peur qu'elle 
' ne se mouille. Le vilain pur est celui qui n'a ja- 
mais eu de franchise ^ans son coBur, d^sFinstant 
qu'ilfut sorti des fonts baptismaux. Le vilain ba- 
bouin est celui qui va devant Notre-Dame a Paris, 
regarde les rois , et dit : « Voila Pepin , voila Char- 
w lemagne ! » et on lui coupe sa bourse par der- 



# 



lO DBS XXUI ]«ANIi|RB6 

coupe sa borse par deriere. Li vilains Mvelms (5o) . 
si est cU ki ne voit goute ea march dte le laatia 
ju$c*a primei et de vespre^ jpsc'a la iwit« li 
vilains Princes si est oil ki va pkidier deyaat le^ 
haillif por lea autres vilaiiis ^ et dist : « S^irQ p au 
tabs mon ^ioul et mon besatol , nos vaches fijrf^t 
par ces prijL nos brebis par ces copeis (5 1). » £usi 
ga^ingne bien ' .c, aols as ^ilains. li vilains Cor- 
nus (52) si est qil ki a, boa mqable et bon ten^- 
JSEient (33)^ et mettoutadenierseten achate U^ ^ 
viHy k'il cuide que tous biens soit faiUis ; et il en 
Yi^it taut k'i n'a pas du denier ^ obole, aii» s*en- 
fuitpard^sesp^rance.LiTilainsGapetois (34) si est 
cil li po^res elers mari^s ki ite laborer avoee les 
autres yilains. li vilains Ferres si esf cil ki a .iiij. 
quarriax (35) de fer asses solers. { Li vilains apens^ 
4ef (36) siestcUki...^. )Lt vilains Crop6res(37)8iest 

II 11 I I a n ■■ I I. I. I ■■ I II n il 11 ^ ■■^■^■^iiiiTy^ 

' Bieru Ge mot a ^t^ omU par le premier editeur. 

* Du denier obole, Dans le madusciit ce$ mots sont rep re- 
senles par une abreviation. M* Michel les a rendus par Ju de- 
nier matlle^ Nous crojoos notre le^on preferable^ sinon , 
quant au sens qui reste a peu pr^s le mdme , du moins quant 
a la juslessc de la traduction. ^ 



fi^re. Le Tihftii mtnois (qui iie seme ses g^iirs 
qu*en mars), est celui qm ne*voitgouteenmars, 
du DMrttn a prime^^t de y^pres a Ih nuit« Le vilkih 
prince est eelui qui va pkider devant le \mlli pour 
les autres vtlains , et dit ; « Sire , au temps de mon 
H aienl et de mon bi$a%ul , nos' vadies allaient par 
)i oes pr^ , nos brebis par ces cotea^ » , et ainsi 
gague bien cent sous aux vilaitis. Le yilain cornu 
est ccftti qui a de bous meubles et uue bonne ferme, 
qui couvertit tout en deniers, et en acbete du bl^ 
et du vin, , parce qu'il pcnsc qu^ tons fes fruits de 
la terre vont manquer ; mais il en yient tant qu'il 
ne retire pas du denier une obole , et il prehd la 
fiiite par d^sespoir. Le vilain capette est ce pauvre 
clerc marie , qui va travailler av^c les autres vi- 
fains* Le vilain ferreest cehii qui a quatrecarreaux 
de fer a ses soulters. Le Tilain trompeur est celui 



.f 



• » 



I a PES XXIU MANliRRS 

cil qu'il laist(58) k aler a sa charue por embler (Sg) 
lesconnins son singnorau matin eta soir. Li vilains 
Marn^res si est cil ki trait le ]|farn^ as chans , et 
la daerrainne charete ebiet sor lui toute. II ne 
choucie point le chimmetiere, ains demeure la. Li 
vilains escreviperes si est cil qui vient d^u bos 
chargies , ki.^ntre sa maison a recnlons por Tuis 
de sa maison ki est trop bas. Li vilains £n4es si 
est cius ki prent gentil feme tout au^i com on 
ente une poire de saint en •]« cbol (4^)^ u en «j» 
perier sauvage^ u en ,j« navicL 

CHI PRIONS-NOUS POUI^ lAUS. ^ 

Que Diex lor envoit grant meschief , 
Et mal au cuer et mal au chiefs 

Mai ^ bouche et pis ^s dens , 
£t mal dehors et mal dedens . * ' 

Goute rose (41), fi et pour fi (42) I 
Si en dirai li clergies fi, 
Le leu (45) et la goute volage (44) t 
Les escroeles et la rage. 
Toutes vilainnes et vilayi ♦ 
Aient tout le mal Saint-Gillain (45) 
• Et goute feske (46) et goute artjiique (47) 



• •■ 



DE VILAINft.' I 5 

qui manque a aller a sa cliarrue /pour voler lesla- 
pins de son seigneur ^ le matin 4et le soir. Le vilain 
mameur est cdlui qyi tire la mame dans les champs, 
dont la derni^re charret^ tombe toute^sur lui. 
II ne se soucie pmnt du ^cimetidre , mais demeure 
la. Le vilain de la nature de I'c^creTisse, est celui / 
qui vient du boischai^^ quientre daili sa maison 
a reculon», parce que la porte est trop basse. 
Le vilain eotA est celui qui prend une femme noble, 
comme on.ente une poire de saint surun chou, 
ou surun poirier sanvage , ou surun navet. 

ICI PRIONS POUR EUX. 

r 

Que Dieu leur envoie de grands maux , • 

Et mal au coeur , et mal a la tete , 

Mai en la bouche , et pis jlux dents , 

Et mal dehors et mal dedans , 

Goutte rose , fie et peur du fie ! 

Autant en dirai du fie du clergy , 

Du mal saint loup , et de la goute volage , 

Des ^crouelles et de la rage. ' » 

Que toutes vilaines et vilains , 

Aient tout 1^ mal saint guillain , 

£t la goutte fixe et la goutte crampe , 



\ 






• t • 



i 



1 4 DES. XSSm MAMERES 

Romgi^ (4^)^ ^airok (49)^^ apostooie! 
Et €i aient plontii .(5a) de gcufoe^ 
Jf]BTfij& de fri^vre (5t)etde^mua6e (52)! 
Et si^aient k ohadej^Use (55),^ 
Mai ki U& ibiche Mcbaner (54) * 
£t plaie ki ne puist saner! 
^i aieat le.mal Saint-^Fiack (55) • 
£t£aiii&^i (56)'6t£aiiKt*^lbi^^ (57) 
fitik itial c'oii dUt ie^m^40aobo.(SIS) f 
Mal-en prdle^ maiden iMouehe ! 
li maus (59) Saint-J^han , Nostre-Dame , 
Les esprange (60) de male flame T 
A tous chiax qui h^^at clargie 7 

Soit la male honte foi^e I 
Por \ chou ke li cler me soustiennent 
Et me joiestent (61) et me retienent (6^) , 
Por chou h^-je (65) tous les Tilains 
Qui h^nt clers el^ capelains. 
^ S'en ai fait (64) une letanie 
Dont jou chascun jor m'esbanie (65). 

La male honte lor aviengne !, 

■ ■ I I f I ■■ ■ I 

' La preixucce editian foric 'pour ;* c'est «n ia^us. 



* 



• » 



Die titAfKS. 1 5 

I 

Et le'mal que Ton nemmfe "^tiqtre , 
Rogue , v^ole et apostume! 
Qu'ils aient atis^ force {gprtHneaux \ 
Force fi^vrfe et forciB jauhisse ! 
Qu il$ aitnt aussi la^haude-pisse, 
Mai qui leur fasse grincer les clents , 
Et plaie qui ne puisse gudrir ! ' ' 
Qu'ils aient aussi le mal saint Fiacre, 
£t le mal saint Eloi , et le mal saint Iftomade , - 
Et le mal qu'on aj^Ue : « Ne me touche pas » , 
Mal en oreiUes et mal en bouche ! 
Que le mal saint Jean et le mal Notre-^Daine , 
Les briilent de^flatMaes^^uisautes! 
fQu'& toils eeuit qui haisseiU le ok|^ , 

II ne revienbe'^^ de la honte ! 
Par la raison^que i^tclercs itie soutiennetit, 
Et me choyeut et m^eiitreticaiiWrit, 
Pour cela je hais^fbtts lite'tilaiiis , ' 
Qui ^ftlsi^t ^r^s et chapelains. 
Aussi j'en ai fait une litanie , 
Dont je m'^panouis d'aise chaque jour. 
Qu'il leur advienne honte et confusloni 



DESXHIU MAMI&RES - > 

Dite» ameiarDte en souviegne! * 

Kyrieleyson^ biax sire DiejL (66) , 
Envoiis-lor hontes ct diex, 
Chrisleleyson , biax sire €ri» , 
Met6s-les hor$ de vos escris. 
Christe audi nos , ois nds j 
Qu'il aient brisi^ les genous ! 
Tu , pie Paler de cells , 
Ipsos confundere veUs! 
Tuy Deus sanctus, sancte, .• 

Tu lor oste toutes sant^I 

Saintte-Marie, la Dieu m^re, 

Uonti&*-lor grant hoiite am^re j 

Sains Gabriel et sains Michiel, 

Par vous Ipur soient (/erm^) U chiel (67). * 

Vous, sire sains Jehan ' ?aptiste 

Et tout li. iiij. ^vangdiste , 

Male honte lor envois 

Et en infer les oonvoife. 

Je pri par iax, si copi jou su^l (68) : 



« On lii ici , sains BapUsle-Jekan dans le manujcrit, mais . 
c'est unefaute de copiste. 



Dites amen; Dieu s'en souTienne. 
Kyrie eleyson , beau sire Dieu ! 

Envoyez-leur honte et deuiL 
Chrisie elejrson , beau sire Christ , 
Mettez-les hors de vos saintes Ventures. 
ChristCy audi nos , exaucez-uous ; 
Qu'ils aient les genoux brisks ! 
Tiiy pie pater y de ccelis , - 
Ipsos confundere veils I 
Tuy Deus sanctus^ sancte^ 
Ote-leur toute saut^ ! 

Sainte Marie, mere de Dieu , 
Couvres-les d'une honte ainSre; 
Saint Gabriel et saint Michel 
. Par vous leur soit ferm^ le ciel. 
Vous , sire saint Jean-Baptiste ^ 
Et tous les quatre ^vangdistes, 
Envoyez-leur confusion , 
Et conduisez-les en enfer. 

Je prie pour eux, comme j 'ai coutume, 



1 8 DES XXIII MANIERES 

Gaschuns si ait le marc (i) en Tuel (69) ! 

Si n'iront mie sans argent. 

Autre avoir n'aient tel gent ! 

Dieu pri ch'aient melencolie 

Par choi (70) il facent tel folic 

Dont il soient pris et pendu. 

Ja n'an soient-il deflendu ! 

Je lor donne beneichon (71) 

De Teryagant (72) et de Mahom^ 

De Belsebus , de Lucifer , 

Qui les puist mener.en infer , 

Auctorifate Domini^ 

Se il ne yienent k merehi ! 



' Marc. II y a ici dans le manuscrit une abrcviation que 
nous ne connaissons ^int. Noivs cfi avon« admis I'^quiva* 
lent nvec notre pr^dece3seur : le mot marc nou& s) paru com- 
pleter Ic sens. 



CHI DEFINE DES VILAINS. 



0E V1L4INS. 

* 

Qu ils aient chacun le marc en I'oeil ! 
De cette fa^on ils n'iront point sans argeiH . 
Que telles gens n'aient un autre avoir ! 
Je prie Dieu qu'ils aient de la m^laneolie , 
Moyennant quoi ils fassent telle folie » 
Qu'ils soient pris et pendus, 
Sans que rien ne s'y oppose ! 
. Je Jeur donne la ben&liction 
De Tervagant et de Mahomet , 
. De Belz^but, de Lucifer, 
Qui les puissefmener en enfer, 
Auctoriiaie Domini^ 
S'ils ne viennent a merci. 



'9 



e * 



ICI FINIT DES VILAINS, 



NOTES 



DE M. fiLOI JOHANNEAU. 



1 . Chi signifie hic^ ici, en eel endroit , & la difference de hi^ 
qui signifie qui : si on en doutait, cette pi^ce sufBrait pour en 
ofTrir la prcuve, dans ces deux exeroples entre autres : chi 
prions-nous poiir iaus, ici prions pour eux ; chi define des w- 
lainSf ici finit des vilains ; /en trouve une autre dans ce vers: 
« icis dansiaus hi chi esi enfouis » ; et dans le diet, rouchi ou ehi 
estexpliqud par ici, Je ne fais cette remarque que parce qu'on 
^ourrait croireque c/i< signifie cm, dans chi ensaingne. 

2. Vilains, II ne faut pas entendre par ce mot, comme la 
suite le fait voir , ce qu*on entend aujourd*hui, des gens chiches , 
parcimonieux , qui vivent sordidement , mais des roturiers , des 
manants, des rnstres, des hommes de village, du bas peuple, 
par opposition aux deux autres ordres de T^tat : j*en trouve une 
preuve, parmi bien d'autres, dans ce litre du fabliau des cheva- 
liers^ desclerch et des vUainSf cite par M. Francisque Michel, ou 
je vois la distinction des trois ordres. Quant a IV finale de ri- 
lains^ et de tous les autres noms singuliers de cette piece elle 
n'indique pas le pluriel, mais seulement que ces noms se termi- 
neut par s en latin , que vilains vient de viilanusy kienins de 
cahinus^ asnins d*asininus, etc. Cette s finale est done lexique 
et non gramraaticale. 

3. C'esif comme porte le ms. , et non pas cest, comme Ta 
imprim^ le premier editeur. Oest vient de hicce iste , par aph^ 
rese et contraction ; ce n'est que plus tard qu'oD a ecrit cest 
sans apostrophe, et ensuitecef par une seconde contraction. Gela 
est si vrai qu*on trouve aussi hicest et icest dans le m^me 
sens. 



NOTES, 2C 

4. Mategris, Ce mot doit* signifier, je )>enae, un fin maiats^ un 
rus^, un eflfaptde la matCy un filou, qui Temporle sur te loup 
gris ^ et doit venir de matter, vaincre, surpasser, du latin maC" 
tare et de gris, qui est le nom du diable ; il est done forme de 
la rnSme maniere que les mots espagnols, matalobos , tue-loup, 
nom de Taconit, matabueXr tue-bosuf, nom du taon , matacau" 
delaSf tue-chandellesy noi9 d*un eteignoit des ^gliaes^ matara- 
to/iy tue»rat , nom de la mort-aux-rats , mataniores , tueurs de 
Maures, matador, assommeur, etc. On appeUit alors moines 
fpisy les moines de Citeaux , parce qu*ils avaient un cMC4ille gris , 
e! \oup gris Tanlimoineyen terme de philosophie hermetique. 

5. Siet (^*i), qui s'assicd^ du latin j^^r'/. On disail a Tinfinltif 
siery et on dit encore seoif, du latin sederr. On lit de nieme plus 
loin cU ki sietyCtXiH qui sassied^ 

6. Moustier ( el)\ a l^^gH!se, etnon au monastere, quoique ce 
mot se soit ditpour /»o/?jfter, qui vlenl de monastcrium^ comme 
couvent s*estdit pour convent, qui vient de conuentus : on disait 
proverbialement : ilfatit laisserle monstier oh il est, c'est-a-dire 
ir ne faut rien changer dans les constitutions et la drscipline de 
l*]^glise. Le ms. a inonstier, 

'] . Primatores {li ) ou prirnatoires, comme il est ^crit plus 
haut. Ce mot est d^riv^du \dX\nprimas,^atis,(\\x\ vale premier, 
qui marche en tdte, d^ouona fait primates en latin^ et primal en 
iian^ais. 

8. Porckius, Jesuis persuade qu'il faut lireici pnrchins el non 
^AsporchiuSy pnisque ce mot vient d& po*'ci/tus y quon tit plus 
bas, // f^ilains kienins, de caninus, Uvtlains asnlns, d^asininus, 
et qu'on a dit beste porchine et poreine^de bestia porcina. 

9. Lahore i^ki), qui travaille, etnon pas qui laboure : laborer 
ue signifiait pas albrs labourer, mais travailler, comme en latin 
laborare. II a encore ce meme sens p'us loin : ki va laborer 
avoec les autres vilains, 

10. Vuet, veut, du latin vult, et non pas wet, comme ^crit 
le premier editeur, qui n'a pas fait attention qu*on ne distinguait 
pas alors le c de IV dans Torthographe, mats seulrment dans la 



2a NOTES. 

prononciatioD. Aujoard*hai que nous distinguoiw oes deux lettres 
par uo caractere differeDl, il fallait 6crire cttet, Cest ainsi qn'on 
dlsait at\or$ puei pour peut^ de potestf suelt de solet^ pluet pour 
plenty de plaii, 

1 1 . Kienins , de canlniis : c*est ainsi qu'on a dit kien pour 
chie/ty et Aiennerie, redev?»iice pour la nourriture des chiens de 
chasse. Yoyez porckius, note 8. 

I a. Huas. Ce mot est un augmentatif de m^pris Akf\s€ de 
^u! ou ^tf^ / cri employe en la chasse des oiseaux , d'ou on a fait 
auftsi huardf qui hue ou que I'on hue 9 pour criard, huart^ nom 
d*uneespece d'aigle, degerfaut, hu€Ui^ nom du milan, A/ia/z, 
huet^ huettCy nom du hiboa^ de la chouette^ le nom meioe de 
ces deux oiseaux, celui du €\i9X-huant^ et celui de chouariy nom 
fameux d'insurg^s, qui est le nom du hibou en BreCagne, et qui 
n'est que la contraction de celui de chcUrhuant. On a fait aussi 
de hu! le vieu^i; mqt huage ^ nom d'uoe corvee ou les'vassaux 
etaienl obliges de crier hu ! pour tirer de son r^uit la h^te que 
le seigneur chassait, et on donuait le nom de huyau au cocu , 
sans doute parce qu'on le buait. Ainsi huas doit signifier tres cer- 
taineuient buard, comme les noms de huard^ de huau et dehuan. 

1 3. Ankenuit est ^videmment compost de hanc noctem » 
comme (muity pour aujourd'hui. Test de hac nocte^ celte nuit , 
puisque les noms de temps, en latin, se mettent a Taccusatif ou a 
Tablatif, et qiie nos ancStres comptaient par nuits, au lieu de 
compter par jours, ainsi que le prouve une expression semblable 
en anglais, le mot fortnight ^ compost de fourteen ^ quatorze, et 
night J nuit, lequel signifie quinze jours, i^ne quinzaioe, aujour- 
d'hui que les mois ne sont plus lunaires, et ne se divisent plus en 
d*eu3^ deii^i-mois de quatorze joui^s chacun, ipais en deux quin- 
zaines. L'usage a ch^ng^^Je mot est reste le m^me, comme pour 
1^ constater, et Tapprendre a la post^rit^. G*est ainsi qu'on dit : 
\e soleil levant y quoiqu'il soit prouve aujourd'hui que ce n'est 
pas le soleil qui se leve, mais la terre. 

j^. Mi enfant y mesenfans^, QodoU traduire/n/par w<?5, parce 



rfOTES. :25 

Hua titi, ¥iept de nmit ^^ 4^^ fusstnt ^vxfmssent^ qui toit, de- 
roande leplurtel. 

1 5. 7k6^^, pig«OfM. Omotexisle encore en foreton, ou t'ou 
nomme iube oa pigeon paita, et en hollandais, ou Ton dit dub , 
dans le mtoe seos^ ainsi qu'en allemand, ou Ton dit taube. Ceslf 
de dube q#oQ a iait, par contraction, le diminutif duiVi, pour du' 
bin , duvinj nom du pigeon, ainsi que tubey dans Renart le now 
vely cit^ par M. Franciaque Michel , et notre root duuet^ qn'on 
prononce^£i6eret dumetea quelques pmvinces, comme le pronve 
le verbe breton dubea^ ^p}ucher ou arracher le duvet ; c*est de la 
aussi que viennent le mot dupe et celui de daubcy dans la locu- 
tion, pigeons a la dattbe, Le mot d^ivet^ d^riv^ efidemment de 
dube, me fait croire, avec IcP. Le Pelletier, que dube, etpar con- 
sequent tube, marquent en particniier le pigeon pattu, parce qu*il 
a de la menue plume jusquesur les pates. Ge qui est confirm^ par 
r^tymologte du mot tube ou dube, pigeon, qui u'est qu*utie va- 
riante dn grec tv^n, du latin tjrpha , nom d'nne herbe sembla- 
ble au roseau ,^ et qui croit dans les marais : les aneiens se ser- 
vaient du duvet de sa fleur pour remplir les cotles et les matelas. 
t'ar consequent, touffe, toupe et toupet viennent ^galement de 
Tucpyj. 

1 6. Lois, lie. On trouve aussi loU, ioie^ loies, loiez , dans le 
meme sens. 

17. En tiere, en tecre^ et non pas entiere en un seul mot, 
comme I'ecrit M. Flrancisque Michel ,' qui ecrit aussi plus haut 
entor pour en tor. On trouve plus loin de m£me en tiere en deux 
mots : regarde iousjors en tiere. 

18. Mueses, house, Ce mot, qu'on trouve aussi ecrit huezes, 
heusest hoses, houcettes au diminutif, aujourd'hui houseaux, si- 
gnifie, comme on salt, des gudtres, des bottines^ d'ou on a fait en- 
core le verbe huiser, huesier, mettre ses houses ou seshouseaux. 

19. Noiax, boutons. Ou a.dit aussi en vieux fran9ais, /tG/anx 
el noiaux pour boutons d'habits, et au singulier noialf noiel ei 
noyau dans le inlmc sens et dans celui de nci'ud, qui est le sens 



% 



^ 

4 



^^ NOTES. 

primitif, puisque ce moi vient dc /?orAr9> d*otr on a fah'noyeujr 
pour noueujc* 

ao. Partes couleicest porte-coaiiMes. Le contexte et le mot 
vieuxfran9ais/E>i>r/ie-ro«/r77ir, bcrse de pprte^ me persaaid^nt que 
les deux mots partes couleiees ont le sens du mot compost que je 
leur assigne, et nop celui de partes^ coulisses y quoiquop ait 
dit couleis pour qui est a coulisses ^ el qu'on pourrait par coos^- 
quent les traduire par partes quisont a coulisses'. 

21. Poi couvers , peu couvert. Je remarquerai seuleroent ici * 
que /?o/ pour /7^tt se trouve dans lousnos auciens auieurs, et que 
le root cottf^er^ est ecrit covers plua haut, ce qui tient, ainsi que 
bien d*autres variet^s d'ortbographe, a la vari^t^ des dialectes, et 

a ce que la Jangue a^etail pas eucoie fixee. 

22. Buriel a cote et a secaty bure pour sAubreveste et pour 
surtoat. On a dit aus&i burel et bureau pour bure : on trouve 
meme dans Boiieau bureau employ^ encore dans ce sens. Cote 
est pour cotte } son nom, ainsi que celui de la coHe d'armes, qui 
^tait an petit manleau qui ne descendait que jusqu aux cdtes^ ne 
vieni pas de lu , mais de ce que la cotte ^tait ptiss^e k c&tes : je 
lis, dans Thistoire de Dieppe par M. Yilet, que les matelots diep- 
pois portent encore par dessus leurs cufottes une large cotte ou 
cotillon pjisse qui descend a peu pi^s jusqu*aux genoux. Ce mot 
ne vient done pas nou plus de crocota^ comme on Ta cru jus- 
qu'ici. ^a cirocota ^tait un ha]t)it de femnie de couleur de safran, 
ainsi que Tindique Telymoiogie de ce ipot, qui vient de crocus. 
Quant h s^cot, tou^ le monde voit que ce mot est pour sercoty 
robede dessus, surtout, ainsi que le prouveut les vari^ntes ^<?rco^, 
seurcot. eisorcot, qu*on trouve ^galeinent pour s,UJrcot. 

23. MoussouSyCbssu. Gemot, qui est ^crit plus hAixi moussus^ 
est notre mot rnouss^ux, plein de mousse , eouvert de mousse , 
cosSu, comme on dit aujourd'hui, par opposillop apoicoverSy peu 
couvert, epithete du vilain qui prece4e. II ne signifie 4ooc fas 
maineau, comme I'a dit le dernier edileur, qui a cru pouvoir con- 
fondre moussoriy mossoriy rnoisso/?y qui a en effel ce sens dans le 
passage qu*il cite, avec moussns ou moussous, Le mol tnoissorty 



NOTES. - 3 5 

• ( 

mosson ou mousaon a ua^e origine bien diffi^rente : il doit venir, 
ainsi qae notre mot moison , qui n'en est qu'une variaote, d« 
tnodiatiof mesurage par boisseau, fermage ao boiaseau, d'ou on 
a fait e^dmodiationy et de ce que le moineau, ainsi que le moiso- 
nier ou le fermier qui est a moison, est en ef fet comme au bois- 
seau, adfmodiutny pal* admodiation avec le metayer , avec leqitel 
il habite sous le meme chaume. Yoila comme les mots seconfon- 
dent pour le son, quoiqu'ils soient bien diff(6rens de sens et d'o- 
rigine. 

24. Romagesy sauvages. Gemot, qaiest^crit mmma^e^plus 
haut, vient de ramus, rameau, ainsi que pigeon ramier^ qui per- 
che sur les rameaux, qui vit dans les for^Uy et signifie sauvagc , 
qui n*est point apprivois4 : on disait : unefillc ra/it/7^e', pourune 
fille qui fuit le monde ; le ramageur ^tait le garde-foreslWr , ou 
celui qui recevait Ic droit de ramage, et le cerf ramages 6tait 
celui qui avail son bois, ses rameaux. 
. 25. Puetf pent. \oye£ vuetf note io« 

26. Asnins, Cc vers, citi par. M. Francisque Michel , sur ce 
mot : 

VUain asnier^ vilain asnin^ 

prouve que asnin n*a pas le m^me sens que asnier ou dnier^ par 
consequent que li i^Uains porchius ou plutol porchins^ nesigui- 
Bepasie vilain porcher y mais le vilain du naturel du pore, 
comme je Tai expliqu^ plus haut. Yoy. les notes vilains et 
pQfvhius a et 8. 

27.^^A(/>eymante ou manteau,n*estqu*une variantede roupc^el 
m^me de reube et de ro6tf,dans uu sens plus ou moins restreiht. 

28. Pluety pleut. Voy. vuety notes 10. 
- 29. Fraricisse ^\xt franchise ^se trouve i6cril aussi /ra/?ciV^. 

3o. MarcJiois, Puisque march est ^videmraent pour mars » 
le mot marchois, qui est ^crit marcheis plus, baut, doit eti^e le 
merae que marsois et marses , nom qu*on donne encore aux 
menus grains, comme orge et avoine , qu'on seme en mars, et 
qu'on oomme auasi les marseches et les mars. On a dij rehiar- 
quer que Tauteur de ccUe petite piece 4crit par ch lous les mots 






a6 . NOTES. 

qued'untres^crivaieDt et qa*Ofi ^rit aujourd'hai par c el par^, 
cooime chimmetiere pour cimeiiere, choucie pour souciCy cas- 
chuns, qu'il ecrit iui-meme deux lignes plus bas cascan, chiet 
pour del J etc. Cette pronoocialion est propre an patois rouchi^ 
oil Ton dit marche pour mars^ et marsaches pour b]6s de mars. 
Yoy« le diet, rouchi, 3* edition. 

Zi.CopeiSy lescimes, les sommets des coteaux. Da a dit aussi 
copCy coppCy copeau^ coupeau y couplet^ dans le meme sens ; et 
c'est de \k que vient a Paris la rue CopeaUjqvii estsur lamonta* 
gne Sainte- Genevieve , au moins en partie. Tons ces mots ne 
soot que des variantes ou des derives de eap^ form^ de caputs 
dans le sens de t^te et de promontoire. 

32. Comus doit signifier ici, qui a la come d'abondance, a 
cause de sa richesse , ou qui a Vesprit biscomUy comme semble 
le prouver le contexte, ou plut6t qui est cornard, 

33. Tenement ^tait une m6tairie dependante d*une seigneu- 
rle, qui ^tait tenue k foi et hommage d'un seigneur dominant : 
tenementum quod de me tenebat^ ete. , lit-:on dans une charte. 

34. Capetois OMchapetois^ comme il s'ecrit plus haul, est de- 
rive de capetes, et capetes etait le nom qu'on donnait aux bour- 
siers du college de Montaigu , parce qu'ils portaient de petits 
manteaux qu'on nommait capes ou capetes, C est de cape qu'on 
a fait aussi le iiomdela rueHWechapv y a Paris. Quant au mot 
cape lui-m^me^ ce n'est encore qu*une variante du mot cap^ qui 
a 6te forme de caput. Voy. Tart* copeis , note 3i. 

35. Quarriax, Ce mot, qui se trouve dans le gtossaire de la 
langne romane, n'est qu*une forme de notre mot carreaux ) 
et je ferai remarquer a cette occasion que le mot cartal^ qu*on 
y trouve aussi, 4 sa place alphabetique, explique par fleche, ja- 
velot, doit etre le mot carialy singulier de quarriaXy qui a 6le 
mal lu et mal expliqud , car alors il ne s!gnifierait ^9isfleche , 
javelot en g^n<£ral , mais ileche ou dard a pointe triangulaire, 
comme les carreaux ou les foudres de Jupiter. 

1^36. Apenses. C*cst ici , comme Ta remarque le premier edi- 
teur, que devrait se Irouver la definition du Vilains apensses y 
mais elle a 6te omise dans le manuscrlt. Apensses y apenses , 



MOTES. 27 

)appense od apenseis^ sigDifie refl^chi » sense, rempli d*id^s »qui 
pese bien ce qu'il dit et ce qa*il faic, qai parle et agit avec poids 
et mesure, avec prudence, qui parle sens^menl, en r^fldchissant, 
en pensant biep a ce qa'il dit. 

3^'. Croperes o%k croup^res^ comme on lit plus haul, est le 
meme oiotqne croumpaireSy qu'on trouve dans Roquefort, dans 
le sens de volenr, troixipeur» et l*un et Tautre ne sont que des 
variantea dn mot trompere ou tromperre^ quia le inline sens , 
des mots troffcy tromperie, troffer^ tromper, trompntion^ truffe^ 
trufe^ trufle^ /ra;(!Qfr/«, tromperie^friponneney trufery trufeer^ 
trufler^ friponner, voter, trufeeur^ trompeur, fripon, d'oii vien- 
nent les mots actuels de trompeWf tromper^ tromperie^ el celui 
de tartu/fey que Moliere a rendu si fameuic, lequel est compost 
de ter ou tri, trois fois, et truffe^ tromperie, le triple trompeur, 
du grec rpoic^ tour, detour, (rrpoopal detours, ruses , OTp<xpaio< 
ms6, ^pithete de Mercure, orpfxp^co faire des tours de souplesse, 
ruser, tromper. Cest dela aussi que vient rilaliea tntffare^ trom- 
per, piper, truffa et truffaria^ tromperie, piperie, fourberie,/rif/^ 
fatorcy truffaldinoy truffiereyVcomi^eat ^ fourbe, pipeur, fripon, 
truffarelloy pelit foiirbe, petit fripon , etc. C'esl ainsi qu'en grec 
cp(X')|Totc signifie k la fois. trompeur, fourbe , fripon et voleur. 

38. Laist est la 3' pers. de laisser^ qui' vienl de linquere, et 
qui a signifie en vieux fran^ais non seulement laisser, quitter , 
abanflonner, mais tarder, manquer. 

39« Embier yientd* irwolare, qui est compost de uola^ paurae 
de la main , et qtt*on trouve dans Caton et dans Serviu9,*dans le 
sens de derobcr d*un tour de roaio, A^emblee^comm^ I'a tres bien 
prouv6 Manage, qui, cette fois, a ^t^ plus heureux pour ce mot, 
que pour T^tymologie A^alfana, On lit dans la coutume d'An- 
jou, cit^ par lui a cet article : et pour les connils embiez ou 
desrobez. D'ou Ton voit qu'it ne faut pas confondre embier avec 
ambler^ aller Tamble, qui vieiit du latin ambulare, par une con- 
traction semblable. 

40. Choi pour chou , du latin caulis. Ce mot se trouve ^crit 
aussi ckolsy cholxy chos^ chox. 

4i' Goute rose est, selonle diet. deTrevoux, uncmaladiequi 



28 NOTES. 

vient au nez, aux joues, ctsouvent par (oulie visage, qaelquefois 
avec croutes et pustules On la nomroait sans donte ainsi de la 
couleur de ces puslules, comnie on appclait roses Notre^Dame 
dcs laches scorbutiques et 6rysip6lateuses , comme on dit d'un 
visttge rempli de boulons qui le reodenl rouge , 'c]fu'il est coupe- 
wscy c'est-a.dire de la'couleur de \fk rosette ou cuivre rouge, cU" 
prirosa^ couperose, vitriol mineral nomm^ ainsi, non de sa cou- 
leur qui u'est pas rose^ niais de ce qu'on te tire des mines de cui- 
vre rouge. 

4^. Fi est pour^c, du \fi^n ficus, espece d'ulcere qui res- 
semble a une G^uCyficus, ct qui vient aux homines debauches , 
aa fondement surtout. On nommwi Jyeujc celui qui ^tait atteint 

43. Le Leu pour ie nail St-^Leti ou Si-Loup, C'est le mal 
caducy selou legtossaire de la langue i^omaue au mot mal. C'est , 
selon moi, la peur, qui a ^t^ nommee ainsi, parce que St-Loup ,^ 
represent^ noir eomme un diable, en gu^rit. 

^44- ^ goute volage, C*est sans doute une goutte qui vole 
d'une partie du corps a Tautre, qui ne se fait sentirque par inter- 
valles, et puiscesse tout-a-conp. C'est ainsi qu'une certaine dartre 
qui vient au vispge, et qui paraft et disparait de temps en temps^ 
est nomm^c feu volage, Voy. goute feske^ note 46. * 

45. Le mal St^GiUain. J'ignore quel est ce mal, si ce n'est pas 
le migme que celui de St-Gillcs , qui esL ^galement la peur, d'ou 
on adity^/r<? gilleeigilier, pour s'enfuirdepeur.Saint-Guilain 
est une petite ville a deux lieues de Mons ; et ou dit en Roucfal : 
c*est Tours St-Guislain, pour c'est un hourru. A la foire de I'ab- 
baye de St-Gilles, pres de Pont'Audemer, un moine de St Gilles 
disait des ^vangites pour gu^rir de la peur. 

/|6. Goute feiiht, Je soupconne que feske est ici poiir fixe , 
du latin ^j;«^, et que la goute feske y par consequent, est une 
goutte fixee dans une partie du corps, qui ne se d^place point , 
qui ne varie point, par opposition a la goute volage, 

47. Goute arthicque ^ur arthritigue , A^ arthritis y douleur 
violente des articulations. 

48. Roingne pour roigne ou rogney espece de galle iuveleree 
qui cause une ulceration l^gere et un grand prurit. 



NOTES. 29 

4q. Fairokf qu'on ^crit aujourd'hui verolcy clu latin variolas 
diminutif de variy nom que les latins donnaient, selon Geise, aux 
boatons el taches qui yiennent au visage, d*ou on a donn^ le nom 
de f^ar/Vi a la panth^re , parce quesa peau est tacbeUe. Ce mot 
etant Equivoque et signifiant aassi bien la petite maladie de ce 
nom qne la groase, ne decide point la question^ tant de fois con> 
trovers^e, de Torigine de la maladie v^n^rlenne. Le mot chade^ 
pisse,qul suil, nc la decide pas da vantage, puisque la gonorrh^e 
n'est pas la v^role, et qu*on la trouve d^crite dans la Bible et 
dans bien d'autres ouvrages de I'antiquit^. 

5o. Plente de grume, Plenti du latin plenitas, signifie pl^ni^ 
mde, abondance , mais j^avoue que je snis fort incertain tur la si« 
gnification de grume, Gruma^en bas latin, signifiecroute,tartre 
qui s'attache aux dooves d*un tonneau par les vapeurs et le sedi- 
ment du vio;le bois en grume estle bois avec son ^corce crouteuse. 
Je crois doncqu*on pent Irndnire plente de grume par/orce crodtes 
et pustules. On nomme en latin scahritia la croutequise forme 
sur une plaie, et scahritlce cutis infacie^ les pustules, les elevu- 
res qhi viennent au visage. Quant a plente ^ on le trouve ^crit 
anssi plantCy plenite^ plentedy ce qui en confirme I'^tymologie. 

5i. Frievre pour fievre^ de febris^ comme frevrier qu'on a 
dit povLT fevrier^ de februarius, 

52. Gaunisse pour jaunisse , comme gttser pour jaser, dans 
le mime temps. 

53. Chade-pisse. Voy. vairole, note 49. 

54* Rechan'er pour recaner, qu'on dit aujourd'hui ricaner, 
et qu'on trouve aussi Icrit recaigner et recagnier^ vient tres cer- 
tainementdu latifi recanere, rechanter, chanter une seconde fois, 
sur un ton different, d^chanter, et signifie, comme on sait, rire 
de mauvaise grace et avec ^clat. Je crois cependant qu'on peut le 
traduire ici par griocer des dents, pour mieux rendre Tid^e de 
Tauteur. 

55. Le mal St'Fiacle, pour St-Fiacreyesi,je crois, celui que 
j'aiexpliqu^ au motyfpour^c, car toutes ces vertus des saints ne 
gisent que dans des jeux de mots. 

56. Et St^Eloiy pour et le mal St-^Eloi. Le glossaire de la 
Ijir.gue romane Texplique parabces, apostume, esquinancie. 



3o NOTES. 

.57. Et St' Romacle poor le mal St^Rornacie^ est ie mal qui 
faisait enfler, comme le remarque tres bien M. Francisque Mfchel, 
d'apres le roman de Garin le Loheraui^ et celui du Chevalier du 
CfgnCy qu*it cite. Ou le nommait aossi le mal St^Quentin^ com^ 
me le mat St^^Eloi ^tail nomm^ encore le mal St'Julienj le mal 
St'Martin^ car plusieurs saints, pour r>|ivantage de leurs divots, 
sedispulentia vertu de nous gu^rtr dn. mime mal ; etce nWpas 
faute de medecius aujoard'hui si on n'est pdis gu^ri. 

58. Ne me louche. Ce mal doit Itre le noli me tangere^ ul- 
cere mal in ou espece de cancer, dit le diction, de Tr^voux, qui 
Tient au visage et qui est produit par une huroenr ^cre et corro- 
sive. £n y loucbant, on Tirrite davantage ; de 14 son bom ne me 
touchez point, 

69. Li maus St^ehan, Nostre^Dame^ pour le mal St-Jean 
et le mal Notre-Dame, Le premier est T^pilepsie, qn*on nomme 
vulgairement le mal caduc^ parce qu'il fait tomber parterre oeux 
qui en sont attaqu^s. On ie nomme aussi le haut mal, Les noms 
de mal St-Jean et de baut mal , en latin , morbus solstiiialis , 
morbus herculeus^ lui viennent de ce qu'a T^poque de la fete de 
la St-JeiB dn solstice d'^t6, le soleil est arrive au plus haut point 
da xodiaque, et ne fait plus que descendre et tomber de baut en 
bas , jusqu'a la fSte de la St-Jeau dusoktice d'hiver^ qui le gul* 
rit de sa cbute, el le fait remonler au ciel. Quant au mal Notre^ 
Damey c'est \ejeu sacre, le malfeuy I'erysipele, le mal des ar^ 
denSf comme le prouvent le vers suivant^ et le nom de I'^glise 
de Ste-Genevieve des ardens, dans Tile de Notre-Dame^ a Paris , 
qui etait nomm^e aussi Teglise de Notre-Dame la petite , et qui 
^tait sittt^e dans la rue neuve Notre^Dame, Voy. le glossaire de 
la kngue romane a mal feu , et le diet. deXr^voux a Mal des 
ardens, 

60 • Les espranges de male flame, Je soup9onne que le mot 
esprange^ que je n'ai trouv^ nulle part ailleurs, doit etre le mime 
mot cpx'espreindre y epreindre, que Tanglais to springy qui fait 
an preterit sprang, et qui signifie jaillir^ sorlir avec elan, s'llan- 
cer, sauter^ au substantif, jet, saillie, saut, bond , elan; el Talle- 
mand springer^ au substantif, sprung ; et Titalien springere, re- 
jaiilir , qui viennent totts 'du latin exprimcre. Quant a male 



NOTES. 5 1 

fiamme^ c est le lueine mol que mal feu el mal des ardensy ex- 
pliqu^dans I'arlicle precedent par erysipele. 

6i. JoUsteni, J'ai cooseill^ de rendre ce mot par choyer^ 
ihais ce D*est qu'une conjecture fondeo aur le coniexte et sur 
ie chaogemeDt ordinaire de rartlciUation forte ck en' la faible^'; 
carje ue Tai aencohtr^ nulle part qu'ici. 

62. Redennent pour entretiehnent. On a dit aussi retenue et 
retenure pour entretieu. 

63. He^j^y heent el het ^ qn'on trouve dans cetle piece, sont 
trois formes de Tancicuoe coojugabon du verbe kairj qui r^pon- 

, dent au latin odi ego, odiuni el odit, 

64. S'en ai/aitf pour si en aifait^ aussi/cf/t aifait^ comme 
plus haul si en dirai^ pour amsi j*en dirai^ en traduisantlitt^- 
ralement. 

65. J'ou,.nCesbanic,'y^ m'^panouis d'aise. Cest par retymo- 
iogie seule, mais par une ^lymologie certaine, que j'ai determine 
le vrai sens de ce mot : eshanitr^ aiPSi que toutes ses variantes , 
esbanoyeVy eshaneir^ e.banir, esbandier^ esbcmdir, espanir^ es^ 
panouir 00 ^panouir, espandre^ vient du latin expandere^ ainsi 
que le prouve la locution expandereflores^ s*epanouir, qui sc dit 
au propre d'une fleur. 

^^, DieXy deuil. On voit que ce mot et ses variantes diax , 
dielxy dios^ dius^ etc., se confondeut avec le mot diexy dex^ die, 
diu^ deu , de^ diy deaux, dicui^ dieu, et que souvent-il n'y a» 
comme ici, que le coniexte qui les fasse distinguer. 

67. Parvous leur soient li chieL M. Francisque Michel a tres 
bien remarque que ce vers u'avaitni sens ni mesure, eta propose 
de lire soit i^ee^ en place de soieni. Je ne m'y oppose pas, majs 
on pourrait le r^tablir de deux autres manieres encore, au moins 
aussi plausibles , par forclos ou ferme.Quani au mot vee, on sait 
•qu'il signific defendu, refus^^ et vient du latin vetatus, 

6S.fousueI^ j'ai coutume, du latin solco, De la viennent aussi 
les formes suivantes de la conjugaison de ce verbe : suclt et solt 
de solety suelent de soient^ soloit de solehat, sueller, soler, soloir 
solloiry sbuloir, de solerc, etc. 

69. Vuely Toeil Ce mot, qui vient d'oculus, a pris un grand 



52 



NOTES. 



iiombre de formes f on le irottve 6crit au singulier uel^ ueily osU^* 
hueil, oeiij oel^ <eui, oiely oit^ etc., au plurief iex^yes^yex^yeuloit 
ialst ioulSf iaulx , iaaS'^ iaax , iauz^ iaxy ielx, ieus, ieuXy iox , 
etc. , qu*il ne faut pas confondre avec ias^ ials , iauls^ iaulz , 
iaulx J iausyi€iuxyyauiz,emij i/li, 

70. Par choiy par qiioi. On a d& remarquer qa'oi^- lit plus 
h?Mt par coi. * ^ 

71. Beneickouy benediction, dehenediciio, a ^prouv^ ^gale- 
nient bien des variations pendant le long- laps de temps que la 
ian{j;ue fran^aise est restee sans dtre fix^e, et avait autant de dia- 
lectes que de provinces. 11 est ioiCitile de les 6numerer ici. Gelled 
des mots pr^c^dens, que j'ai citees, suffisent pourdonnerune 
idee de ces fluctuations de la prononciation et de Torthographe , 
qu*on pourrait presque comparer aux vagues et aux ondulatious 
de lamer. 

72. TetvaganL Je soup^une que ce nom est une corruption 
du mot extravagant y par 9pherese et m^talbese 



\ 



£1.01 JOHANNEAU.